Historique

Par admin, 19 janvier 2010 15 h 54 min

Les premières méthodes de transfert de risques sont apparues dès le IIe millénaire av. J.-C, chez les Babyloniens. Puis, ce système développé est repris dans le Code d’Hammourabi c’est-à-dire que si un marchand effectue un prêt pour effectuer un transport, il paye une somme supplémentaire au préteur. Le prêt n’a pas à être remboursé si la marchandise se fait voler.

Mille ans plus tard, les habitants de Rhodes inventent la mutualisation. Les marchands dont les biens arrivent à destination remboursent ceux dont les biens ont été détruits lors d’une tempête.

Les grecs et les romains introduisent l’assurance santé et l’assurance vie. Les Guildes du Moyen Âge remplissent un rôle similaire, en participant aux frais d’obsèques de leurs membres décédés.

L’assurance se complexifie en Europe après la renaissance. La volonté de se prémunir contre les hasards de la vie est aussi ancienne que la société humaine, et s’est très tôt manifestée par l’organisation de solidarités. À la fin du XVIIe siècle, l’importance croissante de Londres en tant que centre de commerce tire la demande pour des assurances maritimes. Edward Lloyd ouvre une taverne qui devient un repère pour les marins et les affréteurs, et par la suite une source d’information sur le monde maritime. Il devient un lieu de rencontre pour les personnes cherchant à assurer leurs bateaux, et ceux proposant une couverture. Aujourd’hui encore, le Lloyd’s de Londres reste le haut lieu de l’assurance maritime.

Au sens moderne, l’assurance remonte au grand incendie de Londres de 1666, qui détruisit 13200 bâtiments. À la suite de cet incendie, Nicholas Barbon ouvre un bureau pour assurer les bâtiments. C’est véritablement au 17ème siècle qu’une forme organisée d’assurance, reposant sur une approche mathématique des risques, voit le jour.

Aux États-Unis, la première compagnie est créée en 1732. Benjamin Franklin est le premier, au travers de la Philadelphia Contributionship for the Insurance of Houses from Loss by Fire, à inventer la prévention, en refusant d’assurer les maisons pour lesquelles le risque d’incendie est trop fort.

Aux 18ème et 19ème siècles, la mécanisation et l’industrialisation provoquent de plus en plus d’accidents corporels. Alliées à l’exode rural et à l’urbanisation, elles favorisent le développement des grands risques et donc de l’assurance. Ce phénomène se poursuit au 20ème siècle, qui voit l’apparition de l’obligation d’assurance pour certains risques (maladie et accident du travail, puis responsabilité civile). L’assurance des particuliers connaît une forte expansion en France après la Seconde guerre mondiale, et plus particulièrement entre les années 1960 et 1980.

En France, depuis une dizaine d’année, le marché des assurances est entré dans une phase de concentration et de regroupements, tout en restant l’un des plus concurrentiels du monde.

Exemples d’assurances parmi d’autres

La Sécurité Sociale :

Destinée initialement à couvrir les travailleurs en cas d’accident du travail, la Sécurité sociale voit le jour en 1946. Elle évolue vers une véritable nationalisation de l’assurance maladie, maternité, invalidité, vieillesse et décès.

Pour couvrir les risques sociaux, la Sécurité sociale s’appuie sur une politique de solidarité : le bien portant cotise pour le malade, le riche pour le pauvre, le célibataire pour le chargé de famille.

La Mutualité :

La Mutualité trouve son origine dans les sociétés de secours mutuel qui se développent au 19ème siècle. Mais c’est en 1902, avec la naissance de la Fédération Nationale de la Mutualité Française (FNMF) qu’elle se structure véritablement. Après 1945 et la création de la Sécurité sociale, la Mutualité se réoriente vers l’action sociale et notamment vers les besoins de couverture complémentaire des régimes obligatoires.

Les nombreuses mutuelles créées depuis relèvent :
- soit du Code de la Mutualité (1955), quand leurs activités concernent la santé ou la prévoyance,
- soit du Code des Assurances (1976), quand leurs activités relèvent de tous les autres domaines de l’assurance.

Laisser un commentaire

Vous devez être identifié pour déposer un commentaire.